~*¤*~ Ma Vie Nature ~*¤*~

Réapprenons à écouter Mère Nature et les bienfaits qu'elle nous offre !

vendredi 22 septembre 2006

Gels Douche : L'Envers de la Mousse !

A lire les emballages des gels douche, on oublierait presque que leur fonction première est de laver. Quelques exemples: un gel douche à l'extrait de gingembre "aphrodisiaque et épicé" (Déshabillez-moi de Bourgeois), un autre aux protéines de yoghourt (Fa), un gel douche à "l'esprit zen" (Klorane)… Des allégations proprement extraordinaires pour des ingrédients présents en quantité infime. Au-delà de ces cas limites, la publicité pour les gels douche, comme pour l'ensemble des cosmétiques, se réfère beaucoup au naturel. La présence de lait,
de plantes, d'herbes médicinales, de fruits, de protéines de soie, d'extraits de coton, voire d'orchidée, sont mises en avant et donnent une image de naturel et de douceur au produit.



La pétrochimie en direct

       Douceur, apaisant, extradoux sont les mots qui reviennent le plus souvent, écrits en gros, bien visibles sur les conditionnements. Les ingrédients qui constituent l'essence même des gels douche sont en revanche écrits en tout petits caractères, parfois difficilement lisibles. Là, on change carrément de registre, pour plonger dans l'univers de l'industrie pétrochimique. En effet, en dehors de la substance lavante (sodium laureth sulfate et cocamidopropyl betaine) qui peut être élaborée à partir d'huile de noix de coco ou par synthèse chimique, et des ingrédients naturels cités plus haut, les autres composés des gels douche proviennent de la chimie pétrolière.

       Ainsi en est-il des conservateurs. Un gel douche est composé à 80% d'eau, ce qui favorise le développement de bactéries. Pour éviter la contamination de leurs produits, les fabricants leur incorporent des conservateurs, qui sont loin d'être anodins. C'est le cas du formaldéhyde, présent dans certains gels douche,
alors qu'il est classé comme cancérogène pour l'homme et entraîne des allergies chez certaines personnes. Il est d'ailleurs interdit dans les cosmétiques au Japon. On trouve encore plus fréquemment des libérateurs de formol dont l'action
est proche de celle du formaldéhide.

      Les gels douche peuvent aussi renfermer du phénoxyéthanol, un éther de glycol dont la toxicité sur le système reproducteur et sur le développement des animaux est prouvée depuis longtemps. Depuis plusieurs années, l'UFC-Que Choisir réclame la suppression de cette substance que l'on trouve dans de nombreux produits, y compris ceux destinés aux enfants (lingettes, crèmes solaires…).



Soupçons de cancérogénicité

     Futre famille très représentée dans les gels douche comme la plupart des cosmétiques, les parabens. Déjà connus pour leur pouvoir allergisant, certains de ces conservateurs sont soupçonnés de cancérogénicité depuis la publication d'études ayant montré la présence de parabens dans des tumeurs du sein. Par ailleurs, les effets estrogéniques et/ou toxiques pour la reproduction sont documentés pour 3 membres de la famille: le butylparaben, l'isobutylparaben et le propylparaben. Etant donné l'ubiquité de ces conservateurs, en particuler dans les déodorants qui restent en contact avec la peau dans un endroit chaud et humide, il devient impératif d'effectuer d'autres études sur ces substances. La liste décidément longue des conservateurs comprend aussi un conservateur iodé (iodopropyl butylcarbamate) qui libère de l'iode lors de son utilisation, ce qui augmente le risque de troubles de la thyroïde. En raison de cette fâcheuse propriété, la Norvège et l'Allemagne proposent de retirer cette substance des cosmétiques. La France demande plus modestement son interdiction dans les produits pour enfants, mais le bon sens sanitaire impose son retrait total.



Substances allergisantes

       On trouve aussi dans les cosmétiques des conservateurs bien connus des allergologues pour leur capacité à déclencher des allergies chez certaines personnes. C'est le cas du kathon CG, combinaison de 2 conservateurs, ou du méthyldibromo glutaronitrile. Certains gels douche contiennent même un filtre
solaire, du benzophénone-4. Des fois qu'on attraperait un coup de soleil sous sa douche! Plus sérieusement, on s'interroge sur la présence de ce filtre solaire. Est-ce pour préserver la couleur du produit conditionné dans un flacon transparent? Si c'est le cas, ce n'est vraiment pas une bonne idée.

      Autre substance indésirable, le BHT (butylhydroxytoluène) dont la toxicité hépatique, rénale et pulmonaire est démontrée sur les rats. Pour faire bon poids, les gels douche renferment des parfums, potentiellement allergisants. Est-ce bien nécessaire d'accumuler tous ces produits? La réponse est non. Mais
la majorité des gels douche et au-delà, des cosmétiques, cumulent un nombre important de substances indésirables, malheureusement parfaitement autorisées. Il est illusoire d'attendre les preuves épidémiologiques des effets de tous ces
produits sur l'homme. Il faudrait pour cela comparer des personnes les utilisant à d'autres, vierges de tout contact. Ce qui semble difficilement réalisable étant donné leur ubiquité. Les éthers de glycol et le formaldéhyde ne sont en effet pas présents dans les seuls cosmétiques mais dans les produits ménagers, les vernis, les colles…

     Mais nous en savons largement assez sur leur toxicité pour que les pouvoirs publics fassent le ménage dans la composition des cosmétiques et exigent des produits sans danger pour les consommateurs.


Source : 60 Millions de Consommateurs et Newsletter Source Originelle

Posté par yunaminhai à 14:01 - Actualités - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Salutations

    Juste ce que je cherchais

    Posté par Obligeance, mardi 12 juin 2007 à 20:06

Poster un commentaire